CHAMESOL
Les Champs du Soleil

Dernière mise à jour:

Le mercredi 24 mars 2010

Accueil

Situation

Infos Mairie

Culture

Associations

Randonnées

Professionnels

Agenda

Liens utiles

Contact Webmaster

CULTURE - FAITS HISTORIQUES

5. FORT DU LOMONT

Historique du Fort du Lomont


La place géographique du Fort du Lomont, qui, de Napoléon à De Lattre, trouva une importance stratégique dans tous les conflits. Napoléon y installa une batterie d’artillerie pour se protéger des prussiens et De Lattre en fit son P.C. pour diriger l’attaque sur l’Alsace par la «Trouée de Belfort ».

C’est dans « Promenade en Franche-Comté » du chanoine Boillin (1946) que nous trouvons la meilleure présentation du Fort. Bien au de là de Montécheroux, nous montons jusqu’au moment où nous lisons les mots : « Passage de la Douleur », souvenir de la peine et de l’effort des hommes.
Non loin de là se trouve le Fort. Au Nord, la vue porte jusqu’aux sommets bleuâtres des Vosges, au Sud, vers le plateau de Maîche, le Jura Bernois et au fond du tableau, les Alpes Bernesse, la Jungfrau et le Mont-Blanc. Sur ce plateau, isolés du monde, d’un côté par le Lomont et de l’autre par les falaises du Doubs, nous trouvons deux villages : Montécheroux et Chamesol.

Le Fort du Lomont se situe au centre d’une ligne de défense allant de Pont-de-Roide jusqu’à Vaufrey, allant de la batterie des Roches, jusqu’à la batterie des « Estabons ». C’est Napoléon Premier qui remarqua le point stratégique. En effet, dès 1815, il installe une batterie d’artillerie pour se garder d’une autre invasion. C’est Napoléon 3 qui fera approfondir les études sur le projet de construction.

Il aura fallu le dévouement de plus de 3000 hommes. Les travaux commencèrent en 1875 et furent terminés en 1879. Ce fût sur le territoire de Chamesol, que l’on creusa le roc pour créer une batterie au Nord, plus réduite au Sud mais entourée de longs fossés taillés dans le rocher.

Le transport était un gros problème et le matériel était acheminé en deux fois avant d’arriver à destination. Il quittait tout d’abord la gare de Voujeaucourt pour se diriger vers Pont-de-Roide.
Chargé sur les wagonnets et tracté au moyen d’un treuil actionné par une machine à vapeur de 40 chevaux, le matériel parcourait ainsi sa première étape, qui consistait en une ascension de plus de 200 mètres jusqu’aux Roches. Des Roches, il était récupéré par une nouvelle machine à vapeur qui le tractait par une nouvelle ascension de 250 mètres jusqu’au Col de la Chaux (altitude 850 mètres).
Le danger venait de l’emploi d’explosifs pour faire sauter le rocher.
L’énergie et le dévouement de chacun fût salué par les fréquentes visites du général en Chef, commandant le 7ème corps : Le Duc d’Aurnale.
Rappelons que nous nous trouvons après la défaite de Sedan en 1870 qui entraîna l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne. Les citoyens français ont alors un très fort désir de renforcer le point sensible de la frontière. En 1882, le Fort est appelé : Fort Baraguay d’Hilliers.
(Suite)

Chamesol, le chemin de la Liberté

Lien avec un superbe site belge décrivant les fortifications du fort, ainsi que de superbes photos .... à voir.( château fort français /Franche comté/ Doubs /Môle du Lomont/ BARAGUEY D’HILLIER)